AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bibliothèque d'Aalarad ~~* Pick a shoe !

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Bibliothèque d'Aalarad ~~* Pick a shoe !   Dim 9 Avr - 18:57



Hebergeur d'image

Adrian E. Anderson
C'est quand le bonheur ?

* Nom * Anderson
* Prénom(s) *  Adrian Emy
* Surnom (s) * / (Ne t’amuse pas à ça !)
* Âge *  34 ans
* Genre *  Mâle
* Origines * Britannique
* Activité *  PDG d’AAA [Adrian Anderson Architecture]
* Sexualité *  Hétéro
* Taille * 1m88

* Histoire *

Adrian Emy Anderson, fils unique d’une riche famille britannique, n'eut pas l'occasion de choisir sa destinée.

Dès que le sexe masculin du bébé fut annoncé, son père décida pour lui : il serait l'héritier de l'empire familial. Anderson Sénior lui fit prendre des leçons dès ses quatre ans afin qu'il apprenne à lire, à écrire et à compter. A partir de ce moment-là, chaque année se vit attribuer une nouvelle matière qui laissa de moins en moins de temps au garçon pour s'amuser. Sage et obéissant -délicieuse définition- pas une seule fois le garçon ne se révolta contre son éducation. Notamment parce qu’Adrian grandit entouré par les attentions et l’amour de sa mère, bien qu'il fut privé de son libre-arbitre pour les choix importants de son existence.

Le temps du précepteur particulier dura pendant toutes les années de l'école primaire. Seul avec son maître d'enseignement, il n'eut pas l'occasion de se faire des amis en dehors des enfants du peu de personnes qui étaient invitées au domaine de Windsor.
Ensuite, afin de sensibiliser son fils à la vie en communauté et de le sociabiliser, Adrian fut envoyé en établissement très sélect où il demeura solitaire et premier de sa promotion jusqu'à la fin du lycée. Puis, à l'université, il étudia au  prestigieux Royal College of Art de Londres.
Pour ses années de stage, Adrian fut envoyé à l’étranger. Il passa un an au Japon et une autre année en Allemagne. Il passa ses premières années d’architecte à concevoir des projets avec d’autres jeunes prodigues en Italie avant de revenir prendre la suite de son père qui le maria avant de quitter son poste afin d’assurer la pérennité des deux familles.

La docilité d'Adrian cachait la volonté de plaire à son père. Ainsi, il se sentit proche de lui, à sa manière. Sa plus belle réussite fut de parvenir à prendre sa suite au sein de l'entreprise après avoir passé une année dans chaque secteur. Le jeune homme ne relâcha ses efforts à aucun moment. Le travail était devenu sa passion. La froideur était devenue son armure.

Il n’avait donc pas prévu que son épouse soit une femme si douce et délicieuse. Ni si attachante. Elle parvint à briser sa coquille et à faire de lui un homme comblé, et amoureux. Il l’admirait pour sa spontanéité et son humour, sa délicatesse et sa force.

Le décès de la jeune femme fut violent. A force de bénévolat dans les hôpitaux, elle avait contracté une maladie qui la faucha en quelques semaines. Adrian en fut dévasté. Il tente encore de s’en remettre, deux ans plus tard.
Et comme la chute n’était pas assez brutale, Adrian vit sa mère décliner et perdre la tête jusqu’à nécessité des soins constants. Cette femme aimante et douce lui avait apporté toute l'affection qu'il n'avait pas demandé. Adrian demandait rarement de l'attention ; il prenait ce qu'on lui donnait.  Pendant toutes les années où sa mère était encore en pleine possession de ses moyens, il jouait avec plaisir du piano pour elle. Il passait même de longues heures en sa compagnie. C'était des souvenirs agréables pour lui. Mais depuis sont internement, il ne jouait plus. Il la visitait régulièrement mais elle n'était plus la femme qui illuminait son enfance.

Adrian Emy Anderson n'avait jamais choisi sa destinée. Cette évidence s'imposa à lui quand il eut entre les mains un joli papier vélin écrit de la main de son père lui «conseillant » de se remarier au plus tôt. Adrian refusa et bien qu’il continue d’assurer ses responsabilités, il aspire à changer de vie.

* Psycho *

Enfant docile, il s'est laissé modeler par la volonté de son père mais loin d'être stupide, il a rapidement compris les enjeux et s'est impliqué dans ses études et son travail. De ce fait, il ne s'est jamais plaint de son sort mais s'est développé seul. La solitude à laquelle il s'est habitué est devenue sa force. Pas d'ami, que des relations intéressées et entretenues dans le but de servir un jour. Ainsi, il exprime rarement ses émotions. Il préfère ne pas déranger et régler ses problèmes par lui-même.
A l'adolescence il a acquis le principe que s'il lui était impossible de se gérer seul, il serait incapable de diriger une entreprise. Pour cette raison, il est indépendant et sait faire son linge, repasser, faire le ménage, la cuisine, la vaisselle, les courses tout en prenant soin de lui en faisant de l'exercice et en ayant une bonne hygiène de vie.
Le travail est sa priorité. Depuis qu'il a succédé au poste de son père au sein de l'entreprise familiale, il gère d'une main adroite les affaires et les mondanités. Bien qu’il se montre plus renfermé depuis la mort de sa femme.
Solitaire, il est casanier et préfère les soirées chez lui, où il peut se reposer, réfléchir, s'instruire, se cultiver, se documenter, se distraire. Il aime la lecture et les jeux de stratégie. C'est un homme introverti dont la gestuelle est plus expressive que les paroles. En dehors du travail il se relâche plus facilement et peut se montrer susceptible, grognon, râleur et aura tendance à marmonner.
Adrian a un petit pêcher mignon : il adore tout ce qui est à la fraise, en sucreries, en desserts, au naturel...

* Physique *

Fils de bonne famille, Adrian a hérité d'un goût raffiné pour les vêtements sur mesures et le mobilier design mais également pour l’esthétique en général. Il adapte ses tenues en fonctions de ses activités sans problèmes. Un jogging ? Un survêtement. Un dîner ? Un costume somptueux. Au travail ? Un costume trois pièces sobre. Il préfère les cravates aux nœuds papillons, sauf soirée exceptionnelle. Il porte plus souvent du bleu, foncé profond, royal, et du gris perle pour la couleur de ses costumes de travail, sur des chemises blanches, bleues, grises, ou noires. Ses tenues sont plus souvent agrémentées d'une touche de couleur par sa cravate ou son mouchoir de poche.
Le voici bien coiffé, avec élégance, quelques mèches lui tombant sur le front. Ses jolis yeux noisettes sont allongés et sa vue perçante lui permet à volonté de maîtriser ou d'analyser une situation en un clin d’œil.
Son palais entraîné apprécie les découvertes gastronomiques et ses lèvres douces ne sont pas avares de sourire qu'ils soient sincères ou polis. Il fait un mètre quatre-vingt-huit et entretient sa musculature pour qu'elle soit bien dessinée sans être excessive. Lors de ses rares vacances, il aime profiter des plaisirs du sport nautique ou de glisse.
De ses années de piano, il a gardé de grandes mains aux doigts longs, et fins. N'étant pas un homme de terrain, il a la peau douce. Et puis, il prend soin de sa peau, lui évitant ainsi les boutons et les irrégularités rugueuses.  
Enfin, s'il ne fume pas, Adrian sait apprécier les saveurs riches des meilleurs vieux spiritueux qu'il prend le temps de déguster pendant ses lectures du soir.


©Code de night sky.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bibliothèque d'Aalarad ~~* Pick a shoe !   Lun 1 Mai - 19:14




Aleksandr Ryszard
On joue à pile ou face ?


* Nom * Ryszard

* Prénom(s) *  Aleksandr Sergei

* Surnom (s) * Alek, Killer, Sergy, Ubiytsa

* Âge * 29 ans

* Genre *  Mâle

* Origines * Russe

* Activité *  Homme de ménage, homme à tout faire

* Sexualité *  Bi

* Taille * 1m88


* Histoire *
Né dans une famille un peu spéciale, Alek n’a jamais été épargné. La première leçon qu’il apprit de son père fut celle du rapport de force : « Si tu es faible tu meurs, si tu es fort tu survis, si tu es malin tu multiplies tes chances de vivre vieux ». C’était en quelque sorte le crédo de la famille Ryszard.

C’était. La famille a éclaté pour une bête dispute entre deux clans sur le territoire américain. Ce qui par un concours de circonstances a mené à l’assassinat de Sergei Senior alors qu’il menait une affaire en Arménie. Puis au passage à tabac des deux frères d’Alek. L’un mourut des suites de ses blessures, l’autre finit en asile après avoir perdu une grande partie de ses capacités intellectuelles et motrices.

A la mort de son père, Alek pourchassa et élimina toute la vermine responsable de l’assassinat. De ce fait il avait donna un grand coup dans la fourmilière. Grâce à cela il joua et négocia plusieurs contrats sous le nom de son oncle ayant repris les affaires des Ryszard depuis la prison où il purgeait une peine pour perpétuité. C’était les débuts d’Ubiytsa, le tueur. Alek avait dix-sept ans.
Quand les enfants normaux étaient en week-end, Aleksandr apprenait à tirer, chasser, pister, camper. Quand les enfants normaux étaient en vacances, Alek était en camp militaire, à apprendre la discipline, l’obéissance et pourquoi il ne ferait jamais parti de la belle et grande famille de la justice. Quand les adolescents négociaient avec leurs parents pour une sortie, ils ne jouaient pas leur vie à un pari stupide. Quand les lycéens révisaient leurs examens, Alek faisait sauter des têtes.

*

Douze ans plus tard, Alek s’est fait oublié, ou presque. Il a gagné en finesse et en qualité. Quand on l’appelle pour un contrat, il est intraitable. Pour cette raison, il refuse souvent un travail. D’un autre côté, il est à une période de sa vie où il se demande où il va, s’il va fonder une famille pour faire perdurer le nom de Ryszard, ou bien le laisser s’éteindre avec lui. S’il va définitivement se retirer du milieu ou trouver un emploi à temps plein.

En attendant, il vit tranquille dans un quartier populaire, où il  a son petit appart, ses trois plans Q réguliers, et ses petites habitudes qui ont l’air bien plan-plan en apparences. (En parallèle, il a ses entrées partout dans le milieu quand il donne le nom de Sergei Ryszard. Il est en permanence entre deux mondes. Il savoure la tranquillité du monde normal, tout en ne pouvant se passer de l’adrénaline du monde souterrain.)



* Psycho *
Alek est à double face. Tantôt calme, secret et sentimental, il peut vite devenir nerveux et vif. Il est constamment entre deux mondes. Il a parfois du mal à concilier les deux.

Mystérieux, insaisissable, il s’adapte mieux quand il est sous pression. Taciturne, on peut le croire fâché alors qu’il est juste replié sur lui-même, dans son monde intérieur. Peu influençable, il n’hésite pas à donner son opinion, quitte à bousculer, voire provoquer. Travailleur, discipliné, il sait trouver les solutions à ses problèmes, même si rien ne garantit la moralité de ses choix. Sa mémoire est très sélective mais excellente pour les sujets qui lui tiennent à cœur. Il est capable de saisir tous les détails d’une scène mais également de bloquer sur des énigmes simples, tout en étant en mesure de comprendre des situations complexes. En un mot, il est déconcertant.

Sa faiblesse est une trop forte émotivité qui lui provoque bien des complexes. Alek est assez méfiant envers l'amitié et l'amour. Il a des réactions excessives et parfois même violentes, qui lui servent à se cacher, à se protéger. Susceptible, il n’éprouve aucun remord à démolir le portrait de quelqu’un qui l’insulte.

Dans ses activités quotidiennes, il aime se laisser porter au gré des courants. Il aspire à une vie calme -même s’il ne sait pas quoi faire de sa vie en dehors du milieu-. Du coup il va là où ses deux mondes se rejoignent : les bars, les boîtes, les restaurants, la rue, souvent de nuit.

Sa sexualité se situe également sur deux plans, l'un très idéalisé mais qui procure souvent des déceptions à Aleksandr tant il a idéalisé l'autre, et le second plan qui est caractérisé par une sensualité nettement plus agressive et primaire. S’il est capable de se montrer tendre, ce n’est pas ce qui marque au premier abord.

Son pêché mignon : Il adore les contes pour enfants.

* Physique *
Musclé, tatoué, nerveux, il a le gabarit d’un mafieux russe a qui on n’irait pas chercher des histoires sans être suicidaire, pourtant cela ne frappe les esprits que dans les mauvais jours d’Alek. Le reste du temps il parait simplement sportif, sympathique et serviable, disponible.

Si ses longs cheveux bruns lui adoucissent les traits, il garde un regard froid de tueur. Il met souvent les gens mal à l’aise quand il les regarde –même quand ce n’est pas voulu-. Alors il a pris l’habitude d’emmener un livre partout avec lui, même s’il y a de forte chance qu’il ne fasse que semblant de le lire. Ça donne une contenance.

Il a longtemps travaillé pour n’avoir aucun accent, tout en étant capable d’imiter une dizaine d’accent. Alek sait se fondre dans la foule.

Il préfère les vêtements pratiques à l’élégance et les couleurs sombres. Bottine, boots ou baskets, il a gardé de nombreuses traces de ses années à l’armée. Il trouve que s’habiller en blanc est vulgaire. Il ne porte pas de bijou en dehors des cérémonies, et encore, il se montre sobre.


©Code de night sky.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bibliothèque d'Aalarad ~~* Pick a shoe !   Sam 14 Juil - 17:36



Heberger image

Kate Ryan


* Nom * Ryan

* Prénom(s) *  Kate [prononcé Keyte]

* Surnom (s) * Kitty

* Âge * 19 ans

* Genre *  Mâle

* Origines * Irlandais de naissance, naturalisé Américain à l’âge de 5 ans, double nationalité italienne à 14 ans

* Activité *  Apprentis pâtissier

* Sexualité *  hétéro

* Taille * 1m98


* Histoire *
Alors qu’il n’était qu’un tout petit garçon, sa mère quitta son père violent et partit pour les États-Unis. Ne connaissant personne là-bas, sa mère galéra quelques années avant que le bon dieu ne lui accorde un peu de répit. Le pasteur de la petite ville où ils avaient trouvé refuge, aida sa mère à trouver travail, logement et assurance. Grâce à lui, Kate et sa mère purent vivre décemment. Le garçon trouva en le bon pasteur, le modèle masculin qui lui manquait.
Jusqu’à ce que ce dernier commence à poser la main sur lui. Après cela, Kate évita l’église, changea de comportement et perdit la foi. Il devint bagarreur et mauvais élève, mais très bon en sport. Au collège, il se démarqua dans l’équipe de basket de son école et se fit remarquer par des professionnels. Son évolution serait surveillée. Et s’il continuait sur sa lancée, un avenir tout tracé s’offrait à lui dans la NBA.
Mais Kate n’eut jamais l’occasion de penser à son avenir.
Le père du collégien refit surface. Il n’était pas le genre d’homme que l’on pouvait éviter aisément. Parrain de la mafia irlandaise, il était parvenu à retrouver la trace de son épouse. Cette dernière perdit la vie dans l’accident de voiture qui masqua son assassinat. Kate, quant à lui, se réveilla dans une chambre d’hôpital en Italie, avec une amnésie post-traumatique. Son père se fit passer pour un oncle et le recueillit chez lui.
Pourquoi l’Italie ? Parce que ce cher Ryan Senior avait jugé bon de s’accoquiner avec la mafia locale afin de développer ses affaires. L’ennui, c’est qu’il tenta d’arnaquer la mauvaise personne. Il le paya de sa vie et le clan Ryan fut absorbé par le clan Amaro, bien trop heureux de prendre un nouveau poste en Irlande et de récupérer une partie du secteur de l’armement.
Après cela, Kate se retrouva seul, livré à lui-même, encore collégien. Compatissant, Signore Amaro lui trouva une place dans un internat religieux, mais Kate s’en échappa à la première occasion sans avoir jamais rencontré son bienfaiteur. Il avait définitivement perdu la Foi. Il tomba dans les méandres de la vie nocturne, après avoir traversé plusieurs pays en camion et termina sa chute dans le sexe et la drogue alors qu’il n’était pas encore majeur.
Sa rédemption, il la dut à une jeune femme qu’il rencontra un soir dans le club où il officiait pour payer ses doses. Il s’en souvenait comme si c’était hier.
« Pourquoi vends-tu ton corps si tu détestes cela ? lui avait-elle dit une fois qu'ils furent montés dans sa chambre.
- J’ai besoin d’argent.
- Et si tu n’avais plus besoin d’argent, que ferais-tu ? »
Kate avait haussé les épaules et s’était rhabillé en comprenant qu’il n’aurait pas à coucher avec cette fille étrange, pas beaucoup plus âgée que lui.
« Qu’est-ce que j’aurais à faire pour vous en échange ? lui avait-il demandé.
- Me rendre cette faveur quand j’en aurais besoin. Cela pourrait être demain, dans un mois, un an…
- Qu’est-ce que je risque ?
- Rien. Je prendrais soin des aspects financiers de ta vie. Pour le reste, tu en feras ce que tu veux. Enfin, presque. »
Elle avait regardé la chambre où il enchainait les passes. Il était clair qu’elle voulait qu’il arrête cette vie. Et franchement, si elle lui en donnait l’opportunité, il la quittait dans l’instant.  
« Autre chose ?
- Je suis heureuse de ne pas m’être trompée sur toi. »
Elle lui avait tendu une carte. Les coordonnées d’une fondation caritative y étaient inscrites. Il eut un reniflement de mépris en voyant cela. Puis il avait retourné la carte et vu le logo. Il reconnut les initiales camouflées dans le dessin. Celles de son bienfaiteur. Celui-là même qu’il avait fui quelques années auparavant.
« Vous travaillez pour lui ?
- En quelques sortes.
- J’ai été grossier avec lui. C’est lui qui vous a dit de me retrouver ?
- Non. J’ai pris cette initiative.
- Merci. »
La gratitude dont il fit preuve à ce moment-là fit sourire la jeune femme en tailleur strict. Elle le salua et quitta la chambre en laissant un agréable parfum. Kate avait rassemblé ses affaires puis avait rejoint la voiture où la femme et son chauffeur l’attendaient. Après cela, Kate n’avait plus jamais couché pour de l’argent. Il avait abandonné la drogue sous toutes ses formes mais compensaient par le grignotage abusif de nombreuses sucreries.  Il avait repris ses études, en tant qu’apprentis pâtissier. Il n’avait plus revu Madame Ama, mais il n’avait pas oublié sa dette.



* Psycho *
Kate ignore pourquoi sa mère lui a donné un prénom de fille. Parfois cela lui pèse, la plupart du temps, il préfère l’emploi de son nom de famille. Il aime laisser les gens croire que Kate est son nom de famille et non son prénom. Cela demande moins d’explications.
En dehors de cela, Kate est quelqu’un d’énergique, minutieux, qui aime les choses belles et bien faites. Il est indépendant et réservé. Il a tendance à tenir les autres à distance tant qu’il n’a pas confiance, tout en étant sociable. Une fois le lien de confiance établi, il est charmant, joueur. Il s’inquiète facilement et à souvent besoin d’être rassuré. Il est relativement émotif et le cache derrière une apparente froideur qui fond quand on commence à bien le connaitre. Il sait être prévenant, bienveillant et chaleureux. Fidèle, loyal, direct et franc, il a le sens du devoir et une discipline forgée par sa propre volonté. Il a conscience que la vie n’est ni un jeu, ni une partie de plaisir.
Depuis qu’il a cessé de travailler la nuit, il éprouve des difficultés à devenir intime avec quelqu’un. Pour cette raison, il se plonge dans le travail avec dévouement. Il a repris le basket en amateur dans un club de quartier et cela lui fait beaucoup de bien.
Il aime tout ce qui est sucré, joli, mignon, esthétique. Il déteste les pruneaux, les dattes, les fruits de la passion (tout ce qui est ridé en fait) qui lui rappellent la peau fripées de certaines anciennes passantes.
Il déteste qu’on le surnomme en utilisant un terme qui de près ou de loin se rapproche d’un chaton. Il serait capable de devenir violent.


* Physique *
1m98, la peau claire, les cheveux mi-long teint en violet pour s’accorder avec la couleur améthyste de ses yeux. C’est la seule chose qu’il a gardé de son passé en tant que Kitty. Il a des muscles longs, dessinés, des abdominaux en aciers. Un corps d’athlète en somme. Compte tenu de sa grande taille, il éprouve quelques difficultés à se vêtir dans des magasins lambda, du coup il a pris l’habitude de se faire confectionner des vêtements sur mesure. Heureusement qu’il n’a pas à regarder à la dépense pour cela parce que son salaire d’apprentis ne couvrirait pas le tiers de ses affaires.
Il aime les vêtements confortables et doux. Sa couleur préférée est le violet. Il s’habille souvent dans les tons bleus, gris, et noirs. Il a un pyjama vache pour dormir quand il est tout seul. Souvent, il dort tout nu dessous. La journée, il aime porter une écharpe ou un foulard même en été, juste parce qu’il aime la sensation sur son cou.
Sa froideur apparente le fait souvent passé pour quelqu’un d’arrogant alors qu’il n’en est rien. Mais il ne dit rien et laisse couler. Il en joue parfois. Kate peut se montrer condescendant, blessant aussi, mais jamais sans raison.
Il n’a pas de tatouage mais trois cicatrices rondes et violacées sur les côtes, dues à des cigarettes écrasées (vous souvenez du père violent ?) et une autre fine et longue en bas du dos (coup de couteau superficiel) trace d’une bagarre à la sortie du club où il bossait.


©Code de night sky.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bibliothèque d'Aalarad ~~* Pick a shoe !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bibliothèque d'Aalarad ~~* Pick a shoe !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pick-up (Ford Ranger Double Cabine XLT Limited 2.5 TDCi)
» pick-up Toyota
» Comment faire pour exporter des objets bibliothèques Dosh sous Artlantis Studio?
» Eulgrand, taiseux du Pays d'Caux
» Challenge Architecture extérieure - Tony.3ds /// SketchUp - Artlantis - Photoshop

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Messier33.exe :: POINT CONVERGENT DES MONDES :: QUI ES-TU ?-
Sauter vers: