AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 //alohomora\\

Aller en bas 
AuteurMessage
saltpute
Fondatrice
avatar

Messages : 758
Date d'inscription : 03/04/2017
Age : 18
Localisation : S.F.

MessageSujet: //alohomora\   Lun 16 Juil - 20:24


Andrea Andy Smith
« Ne jamais dire jamais, parce que je vais le faire. »



11 ans,,
yeux verts, cheveux châtains,,
p'tite sorcière,,
??? (maison)
??? (patronus)
??? (baguette)
??? (sexualité)

B R A W L.

Andy, c'est une force, un roc, une jeune fille qui, de ses grands yeux verts et de sa malice, peut te faire tourner en bourrique jusqu'à l'asile. Pas intentionnellement, elle n'est pas volontairement si détestable, trop jeune pour avoir de telles intentions. Elle est juste comme ça, vraiment, tout le temps dans le mouvement, jamais au repos. Si elle ne court pas, elle saute. Si elle ne saute pas, elle roule certainement quelque part.

Telle une tornade, elle balaie tout dans votre vie et vous rend soudain fervent partisan des calmants pour gosses.

Cette future PDG ou Dictatrice a de détestable qu'elle n'obéit jamais aux ordres donnés et brise plus le règlement que les verres qu'elle fait maladroitement tomber.  Ce qui est une moyenne conséquente, je vous le dis. Son esprit de contradiction est si aiguisé qu'elle va parfois faire l'inverse de ce qu'on lui a demandé sans savoir exactement pourquoi. Juste par instinct, se faire ordonner, se faire mener à la baguette, ça la démange, la rend irritable. Ce n'est pas tant qu'elle déteste ça, cette manière de faire est tellement imprégnée dans son ADN qu'inconsciemment elle opère ainsi, et rit toujours nerveusement aux éclats lorsqu'elle se fait disputer par ses pairs.
Elle ne sait pas pourquoi elle agit comme ça, elle le fait juste.

Très instinctive, elle ne sait pas que sa tête sert à autre chose qu'à frapper quand les choses ne vont pas. Du genre à partir au quart de tour, elle ne cherche pas la bagarre, mais la provoque lorsqu'elle se sent provoquer, souvent à tort.
Mais malgré tout, Andy c'est un coeur gros comme le monde qui ne veut pas de mal, qui est toujours prête à tendre une main bienveillante même lorsqu'elle n'a pas la compétence nécessaire pour aider. Et si ce n'est pas une tronche, si effectivement, elle n'arrive pas à rester sur une chaise pour réviser ses cours, elle pousse toujours ses limites, redouble d'effort pour arriver à ses fins pour compenser cette incompétence qui la pèse, celle qui la fait bouger partout sans jamais reprendre son souffle.

Si elle ne sera pas la plus brillante scolairement, Andy sera une grande femme et certainement, une puissante sorcière. Et fou serait celui qui viendrait à sous estimé son intelligence.

Informations

"Ta mère est morte en héro."
Ça lui faisait une belle jambe à Andy. Héroïne ou inspiration, sa mère restait morte. Élevée par son père après ça, elle devint plus agitée. Plus perturbatrice. Elle fuyait la nuit, s'aventurait dans des endroits insoupçonnés et se faisait siffler par des adolescents revêches ou tout simplement éméchés. Plus d'une fois elle s'approchait d'eux et demandait si elle pouvait boire dans leurs bières.
La plupart du temps elle rentrait dans une voiture de police.

Quelques fois les adolescents acceptaient de lui donner une gorgée ou une bière entière. Dans ces cas là, c'est son père qui la ramenait après qu'elle se soit perdue et l'ait appelé sur le portable d'un des adolescents, en pleurs.

"Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça", lui disait son père, la voix fébrile, "Je suis un bon père", répétait-il mais les tremblements qui secouaient ses doigts, trahissaient ses doutes, "Je suis un bon père", encore une fois, plus doucement, "Je sais que ta mère te manque mais" et c'est là qu'Andy arrêtait d'écouter.
Il disait qu'il comprenait, mais vraiment, il ne pigeait rien du tout.

Andy elle est née dans un foyer aisé, dans un foyer riche près de Derby. Ses deux parents sorciers l'avaient laissée baigner dans un monde magique extraordinaire depuis son plus jeune âge. L'avait laissée courir dans l'immense jardin avec les chiens et parler pendant des heures avec les Kappas bienveillants qui vivaient dans le ruisseau près de leur demeure. Sa mère avait compris bien avant son père qu'il était inutile d'essayer de l'asseoir pour lui lire des histoires.

Elle avait compris que l'astuce c'était de la laisser faire, de la balader dans le Chemin de Traverse, de l'inscrire à des cours de Quidditch Junior au lieu de lui acheter des places pour regarder des matchs. Son père s'entêtait à vouloir la traiter comme les autres enfants, ceux qui s'épuisaient après une journée de promenade et de cris, ceux qui disaient "je ne veux pas dormir" tout en baillant et fermant leurs yeux fatigués. Il n'était pas assez là pour vraiment saisir les subtilités de sa personnalité.

Sa mère disait "Elle est comme ça"
Son père rétorquait "Ça lui passera"  
Et Andy se disait "Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ?"

Mais c'était des questionnements qui ne duraient jamais. Ils étaient là seulement lors de ses rares moments de calme, ceux seulement provoqués lorsqu'elle entendait ses parents hurler dans le salon. Elle s'asseyait sur les marches, cachée, les jambes ramenées contre elle et ses genoux appuyés contre son torse. Et discrètement, elle écoutait, toute son énergie investie pour s'empêcher de pleurer. Ça faisait toujours peur d'entendre ses parents hurler. Encore plus lorsqu'ils criaient avec son nom ("ANDREA !") dans leurs bouches.

Mais globalement, elle était heureuse. Son père ne la comprenait pas mais il travaillait beaucoup au Ministère de la Magie. Il était sénateur, passait le plus clair de son temps là-bas, et lorsqu'il n'y était pas, au fond il y était encore. Le regard dans le vide ou devant des papiers qu'il avait ramené à la maison. Sa mère en revanche, travaillait moins longtemps. Elle était secrétaire au Ministère aussi, mais ses horaires étaient plus souples et elle passait le plus clair de son temps avec Andy.

C'était bien. Une vie rêvée au fond. Se lever, embrasser ses parents, prendre le petit déjeuner, aller courir, réchauffer son repas, aller jouer dans la boue avec les chiens, embrasser sa mère et passer le reste de la journée à s'amuser jusqu'à ce que son père rentre et qu'elle parte construire et détruire diverses créations dans sa chambre.

Puis il y a quelques années, lorsque les nuages noirs recouvrirent le ciel de Londres, que son père revenait de plus en plus agité du travail et que des cernes avaient commencé à recouvrir le jolie regard noisette de sa mère; Andy comprit que son monde commençait à partir en sucette.
Un jour sa mère partit au travail, elle l'embrassa sur chacune de ses joues, sa baguette fermement serrée dans la paume de sa main blême. Son père avait l'air paniqué. Ce jour-là, non-content de l'avoir embrassée, il l'avait serrée dans ses bras. Puis ils étaient partis pile au moment où ses grands-parents arrivaient, un panier de confiture et du chocolat dans leurs bras.

Ce ne fut que quatre jours plus tard que son père réapparut, lorsque les nuages noirs avaient quitté Londres et que les sorciers repeuplaient peu à peu le Chemin de Traverse. Il ne revint pas seul. Deux hommes l'accompagnaient, le regard sombre puis compatissant lorsqu'ils l'aperçurent, elle, curieuse et intimidée par les nouveaux venus.
Il lui fallut plus de temps qu'elle aurait aimé admettre avant de comprendre que son père était revenu mais que sa mère, non.

Durant ces moments, où elle était dans la voiture et qu'elle avait cessé d'écouter, elle attendait que la voix rauque de son père se taise et elle disait, mécaniquement mais sincèrement :
"Tu n'es pas un mauvais père"
Gardant silencieux
Tu n'étais juste pas le bon pour moi

©️ FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
//alohomora\\
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Messier33.exe :: HARRY POTTER :: LES PORTEURS DU CHOIXPEAU-
Sauter vers: